Openfolio #3 – Restitution

16 décembre 2023
OPENFOLIO
Gratuit

Suite à notre week-end OPENFOLIO #3 les 11 et 12 novembre, 5 lauréats ont été sélectionnés par notre jury d’experts internationaux.

Assistez à la présentation de :

Jérome Coton, L’horizon des évènements

Les images dialoguent à travers le temps. Elles sont passerelles entre le possible parce qu’il a été vécu et l’impossible parce que l’être au coeur du projet n’est plus. Toutes ces images ont valeur d’objets mémoriels. Souvenirs, parfois augmentés, certaines projettent ce qui aurait pu advenir ; d’autres, viennent enrichir un univers imaginaire et combler l’absence.
Flirtant sans cesse entre onirisme et réalisme, la proposition de Jérôme Coton, un enchevêtrement d’images d’archive, d’images argentiques ou numériques, parfois retouchées avec intelligence artificielle, émotionnelle toujours, relève de l’art-plastique, de l’art-documentaire, du journal intime… mais c’est avant tout un acte d’amour. Un remède à la mélancolie, comme pour mieux faire de chacun de ces souvenirs le point d’ancrage, l’assise d’un nouveau possible, en rendant hommage, en rendant justice à une terrible aventure terrestre ; celle d’un père… à part.

Isabella Hin, Bleus

Isabella Hin, née en 1993, est diplômée des Beaux-Arts de Paris 2017 puis du Fresnoy-Studio National des Arts Contemporains en 2021, elle a notamment exposé son travail au Musée La Piscine à Roubaix, au LAM-musée Art Brut et au CRP/ Centre Régional de la Photographie.
Elle se passionne pour les arcanes abyssales qui s’apparentent aux profondeurs psychiques de l’inconscient originel. À travers la photographie et l’installation elle explore l’aspect énigmatique et insaisissable des eaux sombres. Par ses créations empreintes de fluidité et de romantisme noir, elle ressuscite des sujets qui tendent à disparaitre en leur insufflant une puissance évocatrice et sensorielle.

Christian Lafosse, Le Rocher aux Hirondelles

Né en 1977, Christian Lafosse vit et travaille près de Lille.
Autodidacte, son travail photographique s’inscrit le plus souvent dans une démarche au long cours à travers l’angle du territoire.
Il affectionne notamment les sujets de société qui résonnent avec son expérience personnelle, voire intime.
Inspiré par le format du documentaire contemporain, Christian Lafosse a la volonté de rendre compte d’une interprétation singulière des sujets qu’il aborde.

Leïla Peireira, Véhicule

Les lignes de métro, comme celles de la main, se croisent ; non seulement sur le plan où se déploie et s’ordonne l’entrelacs de leurs parcours multicolores, mais dans la vie et dans la tête de chacun.
Un éthnologue dans le métro, Marc Augé, p. 12
Chaque semaine, je passe plusieurs heures dans le bus, le métro, le train ou le tramway. Je partage un Véhicule avec des inconnu·es.
J’ai voulu faire de ce lieu mouvant un espace-temps poétique, un lieu d’observation du quotidien, un terrain de recherche sur le commun et
l’[infra]ordinaire tel que l’a défini George Perec.
Alors je photographie et j’écris durant mes trajets. Je transporte les images au fond de mes poches, imprimées comme des tickets de métro.
Elles deviennent ainsi des objets uniques, marqués par les mouvements du corps et l’usure des jours.

Marcel Top, Surveillance d’état

En janvier 2023, le gouvernement français a adopté une loi autorisant l’utilisation de la surveillance vidéo algorithmique (SVA) comme mesure légale de contrôle des foules pour tout rassemblement de plus de 300 personnes. Cette technologie est mise en place pour automatiser le processus de détection de la criminalité, car elle est capable de capturer des caractéristiques qui échappent à l’œil humain. L’intelligence artificielle décide qui est suspect et qui ne l’est pas.
La reconnaissance des émotions est similaire à la reconnaissance faciale, mais au lieu de se concentrer sur la reconnaissance d’identité, son objectif est de décoder l’état émotionnel interne de la personne. Dans ce cas, l’intelligence artificielle est formée pour détecter, analyser et décoder les schémas comportementaux humains associés aux émotions.
À partir d’une diffusion en direct de trois heures d’une récente manifestation en France, l’artiste utilise le logiciel d’analyse de contenu vidéo pour analyser la foule et discerner les visages de plus de 30 000 personnes. En utilisant une IA formée pour reconnaître 7 expressions faciales associées à des émotions déterminées, l’artiste catégorise les manifestants en fonction de l’état émotionnel qui leur a été attribué par l’intelligence artificielle. Ce processus lui permet de visualiser comment l’IA interprète une manifestation.