Programme de soutien à la recherche et à la création

Le programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut vise à développer et croiser des approches diverses autour de la photographie – histoire de la photographie, anthropologie des images, études visuelles, humanités numériques, sciences humaines et sociales, sciences, recherche en arts plastiques…

L’appel à candidature est ouvert aux étudiants en doctorat, chercheurs universitaires ou indépendants, commissaires d’expositions et artistes, avec une disponibilité sur l’année engagée. Les projets – publication, exposition, conception d’œuvres – devront répondre à la thématique annoncée, et l’Institut prêtera une attention particulière aux projets privilégiant une problématique, un programme ou des ressources liées à la Région des Hauts-de-France.

Le programme de l’Institut alloue quatre bourses annuelles de 15.000 euros.

Celles-ci incluent un accompagnement scientifique et structurel, et s’inscrivent dans un programme de valorisation/diffusion (à raison d’environ quatre communications, présentations ou workshops répartis dans l’année) organisés par l’Institut, en lien avec ses partenaires, dans la Région Hauts-de-France ou au-delà.

Photographie et culture visuelle des imaginaires

Pour la seconde édition de son programme de soutien à la recherche et à la création, l’Institut pour la photographie propose d’interroger les liens entre photographie et culture visuelle populaire, et plus précisément les imaginaires collectifs.

En tant que pourvoyeuse d’imageries allégoriques ou relevant de la mythification, la photographie est rapidement devenue un mode d’expression privilégié pour faire le lien entre le symbolique et le réel. Elle rend compte d’imaginaires collectifs ancrés dans les mythes ou croyances les plus anciens aux mondes les plus futuristes (rites, légendes, utopies, imagerie scientifique, imaginaires urbains, UFO, science-fiction, etc…).

Omniprésentes tant dans notre imagerie populaire que savante, ces représentations contribuent à notre conscience du temps présent ; certains s’interrogeant même sur leur participation à la construction sociale voire scientifique de la réalité.

Entre culture visuelle, anthropologie visuelle, sciences sociales, politique de l’actualité et histoire de l’art, on pourra appréhender la manière dont la photographie enclenche ou réactive des récits partagés, mais aussi comment elle exhume ou crée de toute part des imaginaires collectifs.

Les projets de recherche et de création devront tenir compte des différents aspects de la création des imaginaires collectifs :

  • les acteurs impliqués dans la production et la diffusion de ces imaginaires (éducation populaire, presse, sciences, photographes, artistes, etc…) ;
  • les sources (littérature, recherche scientifique, croyances, mythologies contemporaines…) ;
  • les supports et médias d’activation (livres, illustrés, cinéma, séries, jeux vidéo, réseaux sociaux… ).

Photographes, artistes, curateurs et chercheurs sont invités à répondre à cet appel en veillant à développer une approche originale autour du rôle de la photographie dans la construction des imaginaires collectifs.

Téléchargez le thème du programme


CALENDRIER :

Début juillet 2019 : Annonce de la thématique et ouverture de l’appel à candidature

4 octobre 2019 – minuit heure française : Date limite de dépôt des candidatures

Début décembre 2019 : Jury de sélection des lauréats

Janvier 2020 : Annonce publique des lauréats

Mars 2020 : Début du programme de soutien à la recherche et à la création

AUCUNE CANDIDATURE NE SERA ACCEPTEE APRES LA DATE ANNONCEE.

Votre candidature, rédigée en français ou en anglais, devra comprendre :

– Une note d’intention détaillée du projet (maximum 8.000 signes / 1.300 mots) ;

– Un calendrier prévisionnel de réalisation du projet sur la période du programme de soutien à la recherche et à la création de l’Institut ;

– De 5 à 20 visuels (version imprimée format A4 / JPEG 72 dpi) correspondant au projet proposé par le candidat ;

– Un CV résumé en une page contenant les éléments suivants : poste occupé actuellement ou travail en cours, formation, sélection d’expositions, publications, interventions et projets réalisés par le candidat ;

– Un portrait photographique du candidat libre de droits ;

– Une lettre de recommandation d’un professionnel reconnu dans le domaine de l’art, de la recherche ou de l’édition.


REGLEMENT

(Merci de lire attentivement le règlement. Toute candidature qui ne respecterait pas ses conditions sera rejetée, sans aucune exception) :

Téléchargez ici le REGLEMENT_complet du programme de soutien à la recherche et à la création_2019_2020

Pour toute question, merci d’écrire à : candidature@institut-photo.com

Pour déposer votre candidature : https://bourses.institut-photo.com/


LES LAUREATS 2018/2019 :


AURELIEN FROMENT
Le cinéma à une image de Pierre Zucca

À travers une écriture des corps, la photographie de plateau de cinéma de Pierre Zucca apparaît comme la scène d’un théâtre muet où sont projetés d’innombrables désirs, de voir, de montrer et de jouer avec le faux. Explorant l’œuvre photographique de Pierre Zucca via ses contours, invisibles ou inédits, la recherche prendra autant de forme que l’œuvre en convoque, imaginant une intersection entre photographie, cinéma et performance.

Aurélien Froment est artiste. Il vit à Edimbourg où il enseigne la photographie à l’Edinburgh College of Art/University of Edinburgh.


AUDREY LEBLANC
Diffuser sa cartographie du monde et de la société

Les fonds de photographies d’agences ayant servi d’appuis rédactionnels aux journaux télévisés de l’office de radiodiffusion télévision [ORTF] (1960-1986)

Audrey Leblanc est docteure en histoire et civilisations de l’EHESS. Elle enseigne à l’université de Lille et co-anime le séminaire de recherche “Photographie, édition, presse : histoire culturelle des producteurs d’images” au Cehta/EHESS . Elle a été co-commissaire de l’exposition Icones de Mai 68 : les images ont eu histoire en 2018 à la BNF.


CHRISTEL PEDERSEN
Greetings from Reykjavik – Disseminated archives

La pratique épistolaire, issue d’une période très importante dans l’histoire de l’art islandaise, a, dans les années ’60 et ’70 contribué à étendre le milieu artistique local à travers la dissémination de documentation visuelle – notamment de la photographie – vers un réseau plus vaste à l’étranger.

Christel Pedersen possède un diplôme de recherche en histoire de l’art de l’University of Copenhagen et de l’Université Paris 8. Elle réside actuellement à Paris où elle est chercheuse indépendante, auteure et traductrice de poésies, théories et textes d’artistes en anglais, français et langues nordiques.


RAQUEL SCHEFER ET CATARINA BOIEIRO
Livres de photographie et mouvements de libération en Afrique

Entre le document militant et l’objet esthétique, les livres de photographie réalisés autour des années 1970 dans les pays africains de langue portugaise sur – et pour – les mouvements indépendantistes posent une réflexion singulière sur le rôle et la puissance de l’image photographique. Ce projet vise à retracer le parcours de ce corpus, à travers une exposition, des rencontres et des films.

Raquel Schefer est chercheuse, cinéaste et programmatrice. Docteure en Études cinématographiques et audiovisuelles de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle a publié de nombreux ouvrages et articles et enseigne à Paris, Rennes, Buenos Aires et Mexico.
Catarina Boieiro possède un Diplôme de Recherche en Arts et Langages de l’EHESS. Elle est commissaire indépendante et travaille parallèlement dans la communication, programmation et production au sein de centres d’art et événements culturels dédiés à l’image et aux arts visuels contemporains.

Composition du jury :

Christian Joschke
Historien de la photographie, maître de conférences à l’Université Paris Nanterre et à l’Université de Genève. Il a cofondé la revue Transbordeur photographie. Histoire société, aux éditions Macula.

Emilie Lauriola
Responsable de la librairie du BAL à Paris.

Olivier Lugon
Historien de la photographie, professeur d’histoire de la photographie à l’université de Lausanne. Il a cofondé la revue Transbordeur photographie. Histoire société, aux éditions Macula.

Marta Weiss
Conservatrice au Département Photographies du Victoria & Albert Museum de Londres.

Présidés par l’Institut pour la photographie :

Véronique Terrier-Hermann
Historienne de l’art contemporain et enseignante-chercheuse à l’école supérieure des Beaux-arts de Nantes, elle est également en charge du programme de soutien à la recherche et à la création.

et Anne Lacoste
Directrice de l’Institut pour la photographie.