Conférence de Christel Pedersen : «Self-made»

La création d'un réseau «virtuel» à l’ère pré-internet

03 octobre 2020
Conférence
Gratuit, sur réservation

La scène artistique islandaise des années 1960 et 70 se résume avant tout à l’esprit « self-made » et indépendante. Les établissements auto-gérés prolifèrent et les liens avec artistes et milieux artistiques à l’étranger se multiplient. Alors que le public islandais avait  jusqu’alors peu de connaissance des courants artistiques internationaux, des expositions présentant des noms internationaux réputés tels que Robert Filliou, Ben Vauthier, Attalai Gábor, George Brecht, Daniel Spoerri, Vito Acconci, Endre Tót, Petr Štembera, Mary Beth Edelson, Sef Peeters, Carolee Schneemann, Bas Jan Ader et Douwe Jan Bakker à côté d’artistes locaux s’enchainent à Reykjavík durant cette période. En même temps des artistes islandais sont invités à exposer non seulement dans des établissements auto-gérés, mais aussi dans des grandes structures publiques à l’étranger : au Musée Stedelijk et à Fodor à Amsterdam, à la Biennale de Paris et au Centre Pompidou lors des premiers mois après son ouverture en 1977.

Le projet de Christel Pedersen, lauréate 2019 du programme de Soutien à la Recherche et à la Création de l’Institut, « Greetings from Reykjavík – Disseminated Archives » vise à tracer ce développement en examinant les formes d’échange et de communication dans un monde pré-globalisation et pré-internet. Cette conférence vise à présenter une sélection de visuels et de documentation provenant des archives des « artist-run initiatives » à Reykjavik, à parler du rôle de la photographie dans ces échanges, de l’effacement des frontières entre création et documentation et du réseau comme force émancipatrice et de « l’archive vivante ».  

 

Conférence de Christel Pedersen
le
 samedi 3 octobre dans la bibliothèque de l’Institut de 16:00 à 18:00

 


House Project – First House, 1974, Mixed media © Hreinn Friðfinnsson & i8 Gallery Reykjavík