Photographie documentaire et parcours militants

Dans le cadre du séminaire "Formes de résistance" coordonné par Christian Joschke

Avec Maxime Boidy, Lauréat 2022 de la bourse de l'Institut et Bruno Serralongue, photographe

19 octobre 2022
Gratuit, ouvert au public
Beaux-Arts de Paris, salle 1D, bâtiment des Loges, 14 rue Bonaparte, 75006

Discrètes, individuelles ou, au contraire, coordonnées par des projets plus ou moins radicaux de transformation du monde, les actions de résistances ne visent plus un monde parfait, réglé, pensé ex nihilo dans son organisation sociale et matérielle, mais elles mettent en œuvre des formes de vie nouvelles à l’ombre des puissances politiques et financières, et élaborent pour ce faire des logiques contre-hégémoniques. Les luttes pour le climat, les droits des femmes, des minorités LGBTQIA+, des communautés mises en danger par la destruction de leur cadre de vie s’organisent, se structurent et se rendent visibles par la résistance contre les processus qui les menacent.

Dès lors, le rôle de la création contemporaine, si essentiel soit-il, n’est plus de présenter l’avenir d’une utopie mais d’agir dans le présent pour transformer le monde par la résistance, la dissémination des imaginaires, l’action en réseaux. Dans les luttes sociales, les images au sens large – photographie et arts plastiques, performances, mises en scène, cinéma – participent au mouvement.

Le séminaire de cette année s’adossera à l’Institut pour la photographie des Hauts de France, dont le programe de recherche et de création 2022-23 porte sur le thème “Images des résistances”. Nous recevrons, parmi d’autres invités, quelques lauréats de ce programme. Le principe sera de faire dialoguer un.e chercheu.r.e et un.e artiste autour de thématiques liées à la notion de résistance.

Maxime Boidy est maître de conférences en études visuelles à l’université Gustave Eiffel, membre du LISAA (EA 4120). Ses recherches portent principalement sur l’histoire intellectuelle des savoirs visuels et l’iconographie politique. Il est actuellement lauréat d’une bourse de recherche de l’Institut pour la photographie pour un projet portant sur l’imagerie des grèves ouvrières en région Hauts-de-France avant 1914. Son livre La Société n’existe pas. Images de la guerre civile sous Margaret Thatcher est à paraître en novembre 2022 aux Editions Même pas l’Hiver.

Bruno Serralongue est né en 1968 à Châtellerault. Il vit à Pantin et enseigne à la Haute Ecole d’Art et de Design — Genève. Depuis le milieu des années 90, suite à ses études en histoire de l’art, à l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles et la Villa Arson de Nice, il construit une œuvre photographique qui ébranle les procédures de production de l’image médiatique contemporaine. Depuis 1996 ses photographies sont exposées régulièrement en France et à l’étranger. Ses œuvres sont dans de nombreuses collections publiques et privées. Il est représenté par les galeries Air de Paris, Albert Baronian et Francesca Pia. Son dernier ouvrage paru, Calais, témoigner de la « jungle » (2006 – 2020), a été publié par Heni Publishing en 2022.